* - Ce texte est une réponse à la question d'une personne étant dans cet état de souffrance.

Dis-lui que le monde d'ici n'est pas la réalité de la création et que les choses se font et se défont au rythme des perturbations de votre humanité.
Vous êtes les révélateurs de l'énergie de votre monde.

 

20190615_200354

 

Votre âme est pure, mais vous, vous êtes perturbés.
Pourquoi avez-vous fait cela, ou pourquoi faites-vous cela ? *

C'est une question sans réponse pour vous, puisque vous n'êtes pas libres, dans le sens absolu de ce terme. Il y a tant de souffrances, il y a tant de peines sur votre Terre. Chaque souffrance vécue par l'un est générée par l'autre. Bourreaux et victimes ne sont que les exutoires d'une énergie perturbée par votre séparation d'avec le Un.

Maintenant, n'attendez pas de jugement moral à l'égard du malfaiteur : celui qui fait mal – mal à l'autre. Le regard du Divin sur votre monde est plein d'Amour et de compréhension, - sur ce que vous êtes aujourd'hui et sur ce que vous allez devenir.  L'équilibre des mondes est déjà une réalité dans le Parfait.

Le regard du Divin n'est pas à l'image de votre équilibre social.
Le Jésus de Nazareth vous a dit : “ Je ne viens pas apporter la paix, mais le glaive ”. Comprenez ces mots à son juste degré. Chaque souffrance, chaque douleur vous fait grandir dans l'abnégation de votre ego. Vos guerres sont épouvantables au cœur de Dieu, et pourtant elles sont un tel vecteur d'évolution pour vous ; comme un passage obligé pour vous révéler votre spiritualité : c'est-à-dire la partie la plus subtile de votre être.

Il sera un temps proche ou ce monde n'aura plus besoin de peines et de souffrances pour évoluer. Mais vous êtes, pour la plupart d'entre vous, à des niveaux de conscience proche d'un animal, qui se laisse envahir par ses peurs et son instinct de survie. Il est donc logique de vous voir vous comporter comme ces bêtes.

Prenez de la hauteur. Sortez de votre jugement entre le bien et le mal, en comprenant que votre ordre social n'est pas dans l'ordre du monde et que l'ordre du monde passe par la nécessité de votre évolution individuelle. L'enfant naît dans la douleur et le vieillard passe, souvent, par la même souffrance. Deux portes d'évolution pour vous enseigner votre niveau de conscience dans cette expérience.

Ne regardez pas votre monde par le trou exigu d'une serrure de porte. Regarde-le en ouvrant grand la porte et vous découvrirez un espace plus vaste et plus complet. Alors, il vous sera donné de comprendre les arcanes de votre fonctionnement et la nécessité de quitter vos jugements étroits sur le bourreau et la victime.

Que savez-vous des souffrances supportées par la personne devenue bourreau ?
Avez-vous suffisamment de recul pour comprendre et appréhender l'ensemble de ce fonctionnement ? Sûrement pas. Alors, traiter les deux comme le Divin les voit, avec le filtre de l'Amour juste.
La violence de votre monde n'est que l'expression de vos déséquilibres individuels. Travaillez à retrouver l'harmonie de votre cœur et ces forces maléfiques s'apaiseront naturellement.

Souvenez-vous que les violences d'aujourd'hui ont été générées par les troubles d'hier. **
Nuls moyens immédiats pour faire cesser l'ouragan, nulles forces possibles pour stopper le tsunami de vos déséquilibres passés.
Le calme reviendra par le calme de vos cœurs, qui génèrent progressivement le calme du monde futur. Vous êtes les auteurs, les géniteurs de la paix future.

Alors, ne pleurez pas les souffrances d'aujourd'hui. Ne jugez pas les crimes d'aujourd'hui. Travaillez à apaiser le monde et la vague s'apaisera d'elle-même.
Vous possédez en vous un pouvoir de paix et de résurrection que vous ne soupçonnez pas. Vous avez le pouvoir de changer votre monde.

20190615_200421

 

Allez en paix, sans plus jamais juger l'autre, ni bourreau ni victime. Seulement cette grande compréhension douce et paisible de l'être vivant, qui vous conduira à la perception fine et subtile de la réalité de la création.
La paix de votre cœur engendre la paix du monde et la paix du monde apaisera tous les cœurs.
Prenez conscience de ces mots. Prenez conscience de votre capacité à changer votre entourage et même au-delà, par la seule force de votre paix intérieure.
Allez maintenant.

---------------

Soyez prudents, aussi, dans vos paroles, car les mots ont la force d'une vague, ou la douceur de l'air d'un soir d'été.
Chaque mot que vous émettez a une énergie et un impact sur le monde.
Que dites-vous ? Comment le dites-vous ? Interrogez-vous sur ce que vous êtes quand vous parlez. Apaisez votre cœur, quand vous parlez et vos mots seront justes.

Voilà, dis-leur cela et que tes mots soient empreints de cette douceur et de cette compréhension du niveau de ce monde, en perpétuelle évolution.
Votre humanité n'est que l'embryon de ce qu'elle pourra devenir, si vous vous attachez à faire grandir cette paix nécessaire à son existence.
“ La balle est dans votre camp ”, comme vous dites.
Vous êtes libres de le faire ou de ne pas le faire.
Le reste de la création vous observe et espère, pour vous, dans le calme de la Conscience universelle.
Nous sommes à votre service. Demandez…
Merci.

Merci Mahé.

** Ces notions ont déjà été abordées dans les textes suivants :
38 – Soyez sans peur.
53 – Regardez la beauté du monde !
87 – Abus sexuels.